Dans le violent débat qui opposa Félix Archimède Pouchet, défenseur de la théorie de la « Génération spontanée », à Pasteur, nous savons depuis longtemps que le grand biologiste rouennais avait totalement tort.
Flaubert était d’un avis différent.
En partie par fidélité familiale (Pouchet avait été l’élève du docteur Achille Flaubert et Gustave, celui de Pouchet au Collège Royal) et en partie par admiration pour le reste de l’oeuvre de Pouchet (ouverture du Muséum d’Histoire Naturelle de Rouen, travaux sur l’ovulation..), Flaubert s’embarqua bien à tort dans le combat d’arrière-garde de l’hétérogénie.

Reste de cette aventure, cet exemplaire du grand livre de Pouchet qui vient d’entrer dans les collections de l’Hôtel Littéraire Gustave Flaubert « L’univers : les infiniment grands et les infiniment petits » de 1865 avec l’envoi à Flaubert, les descriptions du voyage en Orient que fit le fils, Georges Pouchet, à Flaubert, le perroquet Loulou emprunté au Muséum.

Lettre manuscrite de Gustave Flaubert à Félix-Archimède Pouchet à propos du livre l’Hétérogénie, 9 janvier 1864

Flaubert n’oubliera pas la polémique quand il dira dans le Dictionnaire des idées reçues : « Génération spontanée : théorie socialiste ».

Pour en savoir plus, se référer à l’excellent article de Maryline Coquidé « Félix-Archimède Pouchet, professeur de sciences naturelles de Flaubert » dans la Revue critique et génétique Flaubert. »

 

Jacques Letertre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Post comment