La Société des Hôtels Littéraires vous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2021.

Nous espérons vous retrouver très vite à Paris, Rouen, Clermont-Ferrand et Biarritz pour partager de nouveaux moments d’exception dans le confort chaleureux de nos Hôtels Littéraires

et sous la bonne étoile de nos écrivains Marcel Proust, Arthur Rimbaud, Marcel Aymé, Gustave Flaubert, Alexandre Vialatte et Jules Verne.

En attendant des jours meilleurs, prenez soin de vous et suivez notre actualité culturelle sur les réseaux sociaux.

Bien à vous et littérairement vôtre,

L’équipe de la Société des Hôtels Littéraires

 

« Que faut-il vous souhaiter ? Du soleil, l’hiver, pour vos promenades ; de la pluie, au printemps, pour vos gazons ; […] d’entendre la plus belle musique du monde et de rencontrer de bons livres. […] Si vous avez un chagrin, qu’il s’en aille ! Un désir, qu’il s’accomplisse ! »

Gustave Flaubert, Lettre à la princesse Mathilde, janvier 1866

 

« — Ah ! quel beau matin, que ce matin des étrennes !

Chacun, pendant la nuit, avait rêvé des siennes

Dans quelque songe étrange où l’on voyait joujoux,

Bonbons habillés d’or, étincelants bijoux,

Tourbillonner, danser une danse sonore,

Puis fuir sous les rideaux, puis reparaître encore !

On s’éveillait matin, on se levait joyeux,

La lèvre affriandée, en se frottant les yeux…

On allait, les cheveux emmêlés sur la tête,

Les yeux tout rayonnants, comme aux grands jours de fête,

Et les petits pieds nus effleurant le plancher,

Aux portes des parents tout doucement toucher…

On entrait !… Puis alors les souhaits… en chemise,

Les baisers répétés, et la gaîté permise ! »

Arthur Rimbaud, « Les étrennes des orphelins »

 

« Tant de fois, au cours de ma vie, la réalité m’avait déçu parce qu’au moment où je la percevais mon imagination, qui était mon seul organe pour jouir de la beauté, ne pouvait s’appliquer à elle, en vertu de la loi inévitable qui veut qu’on ne puisse imaginer que ce qui est absent. »

Marcel Proust, Le Temps retrouvé

 

« La fée Udine sortit du fond du fleuve où elle était en pénitence depuis neuf cents ans.

-Le beau clair de lune, dit-elle, et qu’il fait bon respirer : j’en étais vraiment privée. Ce n’est pas pour dire, mais je crois que je me suis baignée pour tout le reste de ma vie. Ah ! on ne me reprendra plus à faire des ronds dans l’eau… »

Marcel Aymé, « Au clair de la lune » (Le puits aux images, 1932, © Éditions Gallimard)

 

 

« La première chose à faire en janvier, disions-nous, est de ne jamais employer le subjonctif à la suite de « après que ». La deuxième est de continuer. Il n’y a aucune raison sérieuse de retourner à cette aberration.

On peut aussi profiter de la neige fraîche (s’il n’en tombe pas c’est elle qui a tort, nous sommes en pleine saison de la neige) pour faire des groupes monumentaux tels que « L’aveugle et son caniche », « Le serment du Jeu de paume », les « Hordes d’Attila campant sous les murs de Lutèce ». « L’assassinat de Henri IV » est toujours d’un vif intérêt. »

Alexandre Vialatte, « Chronique de toute sorte d’excès » – La Montagne – 30 janvier 1962)

 

« Me voilà entraîné en pleine mer ; où il faudrait les aptitudes d’un poisson, j’apporte les instincts d’un oiseau ; j’aime à vivre dans l’espace, dans les régions idéales où l’on ne va plus, au pays des rêves, d’où l’on ne revient guère ! »

Jules Verne, Paris au XXe siècle

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Post comment